Les Guildes

Si il est vrai que l’Empire a permis depuis sa création d’amener au peuple une prospérité économique sans précédent, cette action reste toutefois confinée à un rôle de protection. Sans nier d’aucune façon les investissements colossaux que les divers empereurs ont initiés et menés à terme, parfois à grand renfort de fonds pécuniers en or et en platine, il serait presque injuste de leur en attribuer le seul mérite. Car rien de tout cela n’aurait pu être accompli sans le soutien et le professionnalisme des guildes de commerçants et d’artisans de notre glorieux Empire. Il apparaît clairement, aujourd’hui tout comme hier, qu’elles constituent la main d’oeuvre des dits projets et que ces guildes y ont contribué intellectuellement afin d’optimiser au mieux le travail et d’améliorer les techniques existantes. Il en résulte des organisations fortes, fières de leurs savoir-faire qu’elles gardent jalousement, n’hésitant pas à faire valoir leurs droits et leurs privilèges gagnés au fil des siècles pour services rendus à l’Empire d’Ebène. Ces guildes ont désormais la main mise, le contrôle total même, sur le commerce intérieur et extérieur de l’Empire. C’est à elles que le peuple d’Ebène doit l’essor de l’artisanat et le cours jamais égalé par toutes les autres puissances étrangères de l’or impérial. Ces guildes représentent parfois à l’étranger le premier facteur diplomatique et garantissent des relations commerciales, sinon amicales, avec la quasi totalité du monde connu. Sa grâce impériale et les armées noires ne sont là que pour maintenir la paix au besoin et veiller à ce que la création et la vente de marchandises se fassent dans le cadre le plus pacifique possible. On peut penser ici aux monstres et autres brigands qui constituent une menace majeure pour le prestige commercial mais qui se trouvent jugulés par nos vaillants miliciens.


Un contrôle rigoureux

Ces guildes, parlons en maintenant. Constituées en regroupement de corporations de métiers elles veillent de façon quasi familiale sur leurs membres tout en surveillant de près leurs intérêts propres. Les prix pratiqués, la qualité exigée, autant de détails qui sont laissés à leur jugement et à leur contrôle pour le plus grand avantage des citoyens. Ces guildes brassent un énorme quantité de richesse, dont une partie bien sûr échoit à l’Empereur sous forme d’impôts directs ou indirects comme peuvent l’être les taxes d’entrées à chaque poste frontière ou aux portes de certaines villes. Ces regroupements de métiers comportent évidement des artisans ou marchants pratiquant le même métier, mais les réalités économiques obligent parfois certains regroupements plus inattendus. Qu’ils soient situés ou non sur la même chaîne de production importe ainsi assez peu, le seul point commun entre les membres d’une guilde étant avant tout leur intérêt et leur situation géographique. C’est donc par zones que leur contrôle s’exerce et parfois de véritables guerres d’influence peuvent avoir lieu pour imposer une façon de travailler, des prix ou tout simplement des produits sur le marché d’un duché.


Une foire, lieu d'échange par excellence au cœur de la puissance commerciale des guildes.

Une foire, lieu d’échange par excellence au cœur de la puissance commerciale des guildes.


Ne jamais contrarier une guilde

C’est là où un aventurier soucieux de sa subsistance se doit d’être attentif. Les guildes veillent au grain et il est malvenu de les contrarier, ou pire encore de leur porter ombrage. De part leur puissance économique, elles sont à même de lutter sur tous les plans pour conserver leurs avantages et disposent de droits et privilèges parfois incroyables. Arrachés à l’Empire pour divers services, ces privilèges leur donnent une liberté d’action parfois effrayante. A noter qu’à la différence de l’Empire, les guildes agiront immédiatement pour juguler toute menace même si elle ne se trouve point avérée ou si elle est seulement estimée. Il vaut mieux, à la vérité, avoir affaire à la justice impériale que se retrouver l’ennemi d’une guilde de commerce. Parmi les plus influentes, on retrouve les différentes guildes de pharmaciens qui régissent la vie de tous les citoyens de l’Empire. Mais d’autres guildes de commerçants exercent une influence considérable. Ne serait-ce qu’en définissant à l’avance ce qu’il sera possible de trouver et d’acheter au cours d’une foire, ou bien sur ce qu’il y sera interdit sous peine de lourdes amendes.


Le poids de l’expérience

Les guildes se font les garantes de nombre de traditions et techniques gardées secrètes. Transmises à leurs seuls membres, elles contribuent à la renommée dont jouit l’Empire dans et hors de ses frontières. Leurs diverses productions sont ainsi ce qu’il se fait de mieux de par notre vaste monde. Certains des plus grands progrès peuvent leur être imputés, ne gardons comme exemple que le plus frappant concernant le style architectural dit impérial. Ce style a été développé et amélioré au cours de la reconstruction de notre capitale par la guilde maintenant reconnue de tous, la guilde des constructeurs de Sifalle. Guilde qui depuis trouve sa place au quotidien au sein même de la cour impériale.