L’exorciste, l’autre visage de la Foi

Illustration ruines d'église

Une des anciennes églises australes.

Solitaire en apparence, un exorciste n’est pourtant jamais seul. Sa foi, ses connaissances, ses démons et son altruisme sont ses compagnons de chaque instant. Prêtre de Dracaelys autant qu’un autre, il est cependant membre d‘un ordre bien particulier. Ayant voué sa vie au combat, à l’instar des chevaliers, il officie dans le monde des esprits et des démons. Ayant comme les autres juré de ne jamais faire couler le sang, il se bat à l’aide d’encens et d’envoûtements pour pratiquer ses exorcismes. On reconnaît facilement un exorciste par sa tenue, toute de noir aux touches écarlates, ses tatouages sous les yeux comme les prêtres de hauts rangs, sa tonsure caractéristique de son ordre et son immense sac à dos rempli de barda et de bordel. Comme pour les prêtres de Dracaelys, un exorciste a fait voeu de ne jamais divulguer à quiconque les secrets dont il doit être seul garant.


Une formation particulière

La formation d’un exorciste commence par son ordination classique. Rompu à la théologie, capable de conduire une messe, faisant preuve d’une grande empathie, sa carrière peut tout à fait être celle d’un homme d’église commun. Cependant, un prêtre peut demander à repasser son épreuve et voyager une seconde fois en enfer. Ce coup ci, son voyage se fera seul et il devra survivre face aux démons qu’il peut y rencontrer. Même si au terme de la confrontation un ange est envoyé chercher le nouvel exorciste, il n’en reste pas moins que cette épreuve est des plus éprouvantes, des plus dangereuses qu’un homme peut avoir à subir. C’est sans doute pour cela qu’il est rare de trouver un homme aussi engagé dans sa foi que peut l’être un exorciste. Bien sûr, de cela il est tenu au secret, car nul ne doit utiliser la peur pour changer le coeur d’un homme.


De la manière de traiter les esprits

Il existe divers façons de négocier avec un esprit, avec un démon. Le plus souvent un exorciste devra choisir entre apaiser une âme en peine ou au contraire la chasser. Dans le second cas, le risque est de la damner à jamais en la laissant en proie aux démons loin de toute rédemption. Dans le premier cas, il faudra à l’homme d’église entrer en contact avec le défunt, apprendre son histoire et trouver le moyen de calmer sa rancoeur, sa fureur. Pour cela, en plus de ses facultés d’écoute, un exorciste dispose de toute une gamme d’artefacts. Du simple encensoir et de ses objets rituels, il peut utiliser en plus un bol chantant. A la grande différence des mages, il est ici utilisé pour simuler les effets de la magie et peut servir à canaliser la colère d’une âme déchue. Canaliser est la troisième possibilité qui s’offre à un exorciste. En chassant et piégeant un esprit autre part, l’exorciste met à l’abri les vivants et laisse le soin de sauver l’âme du défunt à un ange.


Formés au même titre que les prêtres, les exorcistes vivent leur formation à leur côté.

Formés au même titre que les prêtres, les exorcistes vivent leur formation à leurs côtés.


Une lutte face aux démons

S’il est une chose que le commun des mortels ignore, c’est bien la coopération qui s’opère entre exorcistes et anges. Si pour beaucoup le dialogue n’est possible qu’à l’aide d’un médium, dans ce cas une interaction toute simple est possible. Sans parler d’amitié entre les deux partis, ils partagent tout de même un engagement commun, guider les hommes vers un monde meilleur. Si les anges ont l’éternité pour cela, les exorcistes n’ont qu’une vie d’humain à disposition. Ainsi, quelques anges ont pris l’ordre des exorcistes sous leurs ailes et les guident depuis des générations. Même si un exorciste seul ne peut rien face à un démon, il lui est possible de leur couper l’herbe sous le pied en sauvant in extremis une âme torturée de leurs griffes. Ou du moins en évitant aux mortels de s’égarer en sapant l’influence des démons sur leur coeur. Pour cela, un exorciste a développé le don de percevoir les âmes et de détecter la souillure qui peut corrompre les plus faibles. Loin de pouvoir entièrement y remédier, il lui est toutefois possible d’en atténuer les effets. Attention à ne pas trop en attendre d’un exorciste. Le monde spirituel est bel est bien son domaine de prédilection au dépend cependant du monde physique. La musculature d’un exorciste n’est pas à même d’affronter un monstre, sans parler de son arme typique : le gourdin. Même s’ils peuvent être envoyés par un démon, les monstres sanguinaires sont et resteront du ressort d’un sorceleur.


Un ordre antique

Craint et respecté, l’ordre des exorcistes est encore aujourd’hui loin d’être désuet. Même si la discrétion reste leur marque de qualité, il n’empêche que tout un chacun est à même de reconnaître du premier coup d’œil un exorciste et de le traiter avec les égards et le respect qui leur sont dus. C’est notamment pour cette raison qu’un exorciste est capable de voyager sans jamais, ou presque, être inquiété par les voleurs et autres tires-laines qui harcèlent généralement les autres voyageurs. Situé dans les ruines de l’ancienne capitale humaine, à l’est de Sifalle sur les rives du Nebra, le quartier général des exorcistes se trouve dans l’ancienne cathédrale en ruine. Champ de désolation et restes de civilisation, c’est à leurs yeux l’endroit parfait pour leur ordre. Quelques humains y vivent en permanence mais la zone reste éloignée de tout. C’est de là-bas que part l’antique voie de pèlerinage vers le sud, même si les seuls à y démarrer leur périple sont ceux ayant un crime sur la conscience à racheter coûte que coûte. Les moines retirés dans les sous-sols de l’ancienne cathédrale vivent en ermites, seuls certains d’entre eux sont autorisés à sortir au grand jour afin de transmettre à quelques rares élus leur savoir en démonologie.