Dracaelys

Si plusieurs religions cohabitent au sein de l’Empire d’Ébène, la seule à être officiellement reconnue reste la foi de Dracaelys. Ses prêtres et moines oeuvrent au quotidien au maintien de nos âmes dans le monde terrestre. Ils éloignent de nous les turpitudes de l’Enfer tout en nous préparant à nous réincarner dans notre vie future. Sans faire acte de prosélytisme, car cela leur est défendu, la foi se propage pourtant hors de nos frontières. Ces prêtres préférant montrer l’exemple et répandre la culture plutôt que de s’épuiser en vains sermons. A l’exemple des prêtres exorcistes, membres d’un ordre particulier de l’Eglise, qui vouent leur vie à lutter contre les démons.

[Du bien ou du mal dans la religion]


Illustration église de dracaelys

Au cœur des villes, les églises de Dracaelys sont ouvertes à tous.


Dracaelys au service du peuple

Dans presque chaque ville de l’Empire, une église reste ouverte en permanence pour accueillir tout un chacun. Le voyageur éreinté ou l’âme en peine y trouvera sécurité et réconfort. Les prêtres qui y vivent vous accueilleront le temps d’une journée pour vous permettre de vous reposer, de manger, et d’apaiser vos souffrances. Ces églises sont de vastes espaces construits pour rappeler les anciens lieux de culte. Autrefois, les gens se réunissaient entre trois dolmens dressés autour d’un feu pour prier et chanter en coeur. Désormais, le bâtiment sacré contient trois piliers pour évoquer ces dolmens antiques. Le feu est quant à lui toujours présent sous la forme d’un brasero, au coeur d’un dénivellé. Les gens peuvent s’asseoir sur les marches qui le compose pour assister à l’office. Si la tradition exige la présence de trois prêtres pour conduire les cérémonies, il n’en reste souvent qu’un seul dans les églises de campagne. Charge lui incombe également d’éduquer les enfants de sa paroisse. Dans bien des cas, c’est l’église qui accueille une bibliothèque, un hospice, une soupe populaire ou tout autre service tourné vers le bas peuple.

[De la bonne mesure dans l’usage de la torture]


La métempsychose

Depuis toujours l’Eglise prétend que l’âme, à la mort d’un humain, est jugée par les anges. Selon votre vie et vos actions, vous aurez soit la chance de vous réincarner, soit vous tomberez en enfer entre les mains des femmes démons. Ces dernières absorbent votre âme et vous subirez milles tourments. Pour les plus pures des êtres humains, le choix de devenir vous même un ange vous sera proposé. Au prix du sacrifice de ses vies à venir, vous pourrez oeuvrer au maintien de l’ordre divin. Si ces préceptes laissent beaucoup de citoyens relativement sceptiques, il n’empêche que l’étude de la magie a apporté quelques réponses. La métempsychose est une réalité. L’âme humaine peut effectivement se réincarner. Ces études ont d’ailleurs bouleversé l’organisation de la guilde des mages qui s’est vu obligée d’interdir les études sur la nécromancie.

[Dracaelys Hégémonique]


“Selon les préceptes de Dracaelys, le monde est séparé en trois. Les phénix veillent sur celui que nous connaissons. Les dragons gardent les portes du Paradis. Et les femmes veillent sur l’Enfer.”

Archevêque de Sifalle
X 142


Hiérarchie

Dracaelys Hégémonique

Poème de Dracaelys (Elodie)

Les membres du culte de Dracaelys obéissent à une organisation assez stricte. Tout d’abord, bien que ce dernier s’en soit éloigné depuis des générations, l’église reste sous l’autorité morale de la ville Sainte. C’est en effet du Royaume Austral qu’est originaire le prophète qui a apporté la civilisation et la foi dans nos contrées. En Ebène, c’est l’archevêque qui dirige les divers évêchés qui constituent l’Empire. Lors de la fondation impériale, les duchés et évêchés se sont fondus en un seul territoire. L’Empereur se trouve traditionnellement juste en dessous de l’archevêque. Viennent ensuite les divers évêques, abbés et prieurs qui veillent sur tous les autres prêtres et moines. On retrouve quelques catégories à part. L’ordre de la chevalerie contient quelques centaines de prêtres soldats. Un empereur qui y appartient est d’ailleurs appelé “Empereur Dragon”. On retrouve aussi l’ordre des [exorcistes] qui ne font partie de cette hiérarchie et ne répondent qu’aux évêques. On reconnaît les membres de dracaelys à leurs vêtements rouges ou bordeaux, à leur tatouage qui évoque des larmes sous l’oeil. Sous les deux pour les évêques. Les chevaliers cependant portent des vêtements blancs, le rouge n’étant réservé qu’aux plus méritant. A noter d’ailleurs qu’ils sont les seuls membres du clergé a avoir le droit de verser le sang.


Culte et croyances

Dracaelys repose sur trois préceptes sacrés. Charité, piété et foi sont ses trois piliers qui soutiennent chaque honnête homme. Cette séparation en trois se retrouve également dans sa conception immatérielle du monde ainsi que du monde physique. C’est d’ailleurs de là que provient la notion d’éléments, aussi utilisés dans le monde de la magie. Pourtant, la magie reste impure et son utilisation proscrite par les prêtres. En abuser conduit souvent les mages inconscients tout droit entre les griffes de créatures démoniaques. Pour éviter ce triste sort, une âme mortelle devra de son vivant se plier à quelques règles de conduite. Outre les piliers de la foi, le pénitent se devra de participer aux quelques fêtes religieuses qui marquent l’année. Assister à l’office régulièrement aidant à se consacrer aux divins et à leurs ouailles. Mais le meilleur moyen de garantir son âme du péché reste un pèlerinage en terre sainte. Même si pour cela il faudra braver moults dangers mortels.


Prieuré Ocre-Lune

Ocre-Lune, un des seuls centres d’étude sur la Fièvre Rouge.


Eglise et soin aux patients

Dracaelys est l’héritière d’une longue tradition de soins donnés aux malades. Dispensés sans contrepartie pécuniaire, ces soins varient d’un évêché à l’autres. Si chaque église se doit d’aider les plus démunis, cela dépend pourtant des compétences de chaque prêtre. Les soins les plus basiques sont donnés comme des cataplasmes ou des remèdes à base de samples. C’est d’ailleurs en contradiction totale avec le monopole exercé sur la fabrication et la vente de drogues par les diverses guildes de pharmaciens. Cependant, l’Eglise ne tolère pas ces pratiques commerciales et use de toute son influence pour y échapper. Ebène compte ainsi quelques centres religieux connus pour ces hospices et autres lieux de soins spécialisés. On cite souvent en exemple le prieuré d’Ocre-Lune qui oeuvre à la guérison de la fièvre rouge mais on peut aussi penser à ces nombreuses léproseries et autres asiles d’aliénés.

[Prières aux morts]


Les ordres mendiants

Il existe plusieurs groupes en Ebène qui se revendiquent sous l’égide de Dracaelys. L’Eglise ne les reconnaît pas officiellement même si de nombreux prêtres soutiennent leurs actions. On peut penser surtout ici aux terribles templiers qui ont su s’imposer au sud de nos frontières pour étendre l’autorité de l’Empire sur les barbares Orcs. Mais il existe d’autres ordres mendiants plus localisés. Ce sont souvent des groupes de croyants altruistes qui aident à oeuvrer pour le bien des plus démunis au niveau local. Ces groupes sont souvent soutenus par la bourgeoisie, voire dans quelques cas par la noblesse.

[L’Eloge de la Foi guérrière]

Posted in Dracaelys, Ebène, Religions, Vie quotidienne and tagged .