Religion

La religion au sein de l’Empire est une affaire d’état. Ebène est traditionnellement placé sous la protection de l’autorité religieuse australe. Du sommet de son trône, sa Majesté Impériale reste inférieur à l’Archevêque de Sifalle, du moins en théorie. La foi de Dracaelys est donc la religion officielle de l’Empire en plus d’être majoritairement pratiquée par ses citoyens. Cependant, chacun reste libre dans ses croyances. D’autres religions cohabitent ainsi en harmonie. Les Elfes ont apporté leurs croyances en arrivant sur les terres de l’Empire. Sorte de culte de la nature, ses adeptes vivent côte à côte avec leurs concitoyens. Si certains préfèrent prier au sein d’une église, les premiers préféreront rendre hommage à la nature à leur façon. Ce ne sont là que les fois principales, d’autres groupes de croyance existent dans l’ombre.


Dracaelys, la foi impériale

Bien avant l’Empire, un homme traversa la terrible Mer des Sables pour porter sa foi vers des terres inconnues. Arrivé dans ce qui deviendra notre Empire, il y fonda les bases de notre civilisation et y implanta ses croyances. Cet homme, le Prophète, est de nos jours représenté sur de nombreux bâtiments religieux. Présent au sommet de la Cathédrale de Sifalle, un glaive levé vers le ciel et un livre en main, il veille sur nos âmes depuis l’au-delà. Cette foi n’est désormais plus identique à celle pratiquée au sud de nos frontières. Si les grands principes restent les mêmes, la foi impériale s’est épurée. Le concept divin est devenu abstrait. La religion n’a pour seul but que d’éviter l’enfer aux âmes. Les humains, les plus saints soient-ils, ne sont pas vénérés. S’ils choisissent de guider les autres humains, leur geste en sera d’autant plus méritoire qu’il en sera ingrat. A leur mort, ils seront incinérés et leur âme rejoindra sa prochaine vie, si le cœur du porteur est assez pur. A noter d’ailleurs que seuls les Empereurs et les chevaliers sont enterrés, en armes et armure, pour être à même de se relever et continuer leur combat si Ebène venait à tomber.

[En savoir plus]


Illustration Nyméria

Nyméria, déesse de la vengeance. Démon qui selon la tradition elfique offre la vengeance à qui est prêt à en payer le prix.


Les Elfes et la religion

Du sommet de leurs montagnes, les Elfes vénèrent la nature dans ses aspects les plus purs. Culte désintéressé des éléments, leur foi se base sur un respect absolu des traditions. Leur culture millénaire impose un ordre et une ligne de conduite que chaque famille suit de son mieux. Les prêtres de la foi de Honseki, à la différences de ceux de Dracaelys, pratiquent le prosélytisme. Cependant, ils restent muet par preuve de leur engagement. Ils ne sont autorisés à parler que dans le cadre de contes édifiants qu’ils propagent à l’aide d’instruments de musique et de théâtres de papier. Leur ordre est assez souple sauf pour ses membres les plus importants. Réunis autour d’une matriarche, réincarnée de générations en générations, ils veillent sur tous les Elfes, Nains et Humains qui embrassent leur culte.

[En savoir plus]


Les cultes païens

Il existe en plus de ces religions acceptées dans l’Empire quelques cultes que l’on peut juger d’hérésie. Sans penser ici aux membres du Rituel, certains vouent un culte aux démons qui hantent l’enfer évoqué par l’église de Dracaelys. Cette pseudo-religion repose sur une soumission des êtres à ces entités démoniaques. De nombreuses races leur font des offrandes en espérant en retour quelques services. Ces dons prennent la forme de tributs en matières premières, en or ou parfois mêmes en vies humaines. Les Orcs, les Garifs, certains barbares ou quelques désespérés pratiquent ce culte et causent parfois de graves torts à l’Empire d’Ebène.


La foi hors de nos frontières

Si le Sud pratique une forme plus ancienne de notre religion, ce n’est pas le cas des Cités-États qui existent entre les deux empires. Au confluent de plusieurs cultures, leur foi s’en trouve colorée de nombreuses croyances, même si les mauvaises langues s’accordent à dire que seul l’argent constitue leur véritable religion. Au Nord, la religion reste une affaire privée qui se confond souvent avec la vénération des ancêtres de sa propre famille.


L’ordre du Rituel

Il existe caché au cœur des villes de l’Empire, une foi qui ne fait guère parler d’elle. Ses membres, ses adeptes, vouent leur vie à un but qu’ils sont libres de choisir. Tourné vers les autres, leur culte n’en demeure pas moins obscur et bien souvent incompris. Les adeptes du Rituel se regroupent dans des temples secrets. Construits sous des demeures d’apparence banales, ils peuvent accueillir et loger une vingtaine de personnes. Ses adeptes vouent donc leur vie à l’accomplissement d’un but noble et désintéressé. Une fois ce dernier trouvé, ce qui prend parfois à certains de longues années d’errance, ils feront tout pour y parvenir. Certains racontent même que ces adeptes seraient capables de vaincre la mort pour atteindre leurs idéaux. Au terme de leur existence, les adeptes du Rituel choisissent souvent de quitter le monde physique par un suicide flamboyant. Ne craignant ni la mort, ni ce qui s’ensuit, ces adeptes s’immolent par le feu une fois la raison de leur existence accomplie.

[En savoir plus]