Illu Ocre Lune en tête

Ocre-Lune

Village de faible importance perdu au cœur du comté de Portembrun, le village d’Ocre-Lune jouit pourtant d’une renommée qui dépasse de loin les frontières impériales. Fer de lance dans la recherche sur les maladies antiques, le prieuré d’Ocre-Lune accueille des médecins et pharmaciens de tout l’Empire. Pourtant, sa présence aux abords des habitations est loin de contenter tous les habitants de la région.


L’histoire du village

Le village s’est construit autour du prieuré dont il tient le nom. D’abord simple hameau, il s’est peu à peu développé en tirant profit du lac avoisinant. Les maisons se sont d’ailleurs tellement rapprochées du lac que le prieuré s’est retrouvé finalement à l’écart des habitations. Cette place, il l’a utilisé pour s’agrandir et construire plusieurs nouvelles ailes. Désormais, Ocre-Lune est l’un des centres religieux les plus imposants de la région. Ses bibliothèques, ses laboratoires et ses centres de soins sont ouverts à tous. Cependant, seuls les plus courageux viennent y étudier car il leur faut côtoyer les maladies les plus dangereuses qui soient. Des maux que la science magique et médicinale restent bien incapable à guérir ou même expliquer.


Illu Ocre Lune

Cadre de vie idyllique, le prieuré est pourtant habité par divers malades condamnés et sans espoir.


Le prieuré d’Ocre-Lune

Le prieuré est au cœur de la guilde traditionnelle des pharmaciens. C’est elle qui fixe le contenu de la pharmacopée impériale et décide ainsi des remèdes à utiliser dans tout l’Empire. Si ce n’est plus elle qui fixe les prix des drogues en circulation, son prestige est tel que seuls ses médecins sont autorisés à soigner sa majesté l’Empereur d’Ebène. Ses bâtiments disposent de plusieurs amphithéâtres qui permettent de former un grand nombre d’étudiants. Ainsi, le prieuré compte des officiants du monde entier et la population qui le peuple est des plus bigarrées. Des nains, des elfes, des orcs et parfois même des femmes viennent s’y former en toute impunité. Cela provoque au niveau local des scandales réguliers qui sont le plus souvent couverts par des envoyés impériaux.


Ses environs

Le village d’Ocre-Lune se trouve confiné entre les bords du lac brun et l’orée d’une forêt vierge malfamée. S’il ne peut s’étendre que faiblement, son activité économique reste florissante. Les bords du lac sont riches en argile et les briques produites sur place s’exportent jusqu’à Sifalle. On plaisante souvent sur la propension des habitants de la région à aimer la couleur brune. Pourtant, à l’ouest et au nord, le paysage est bien souvent brunâtre, de la terre aux montagnes. La terre d’ocre, colorant réputé, se monnaye à prix d’or et fournit les plus grands peintres et calligraphes. C’est cette couleur qui orne le plus souvent les parchemins produits par les moines du prieuré et de tout le duché. Toutes ces marchandises circulent aisément par voie fluviale, le lac brun se déversant dans le Nébra.


La vie de ses habitants

La population à Ocre-Lune se divise en deux catégories, les gens du village et les moines. Les deux ne se mélangent que rarement, à l’occasion du marché ou pour prodiguer des soins. Même si les deux sont indissociables, une certaine méfiance s’est installée au fil du temps. Si la population craint et frissonne en imaginant les expériences menées par les moines dans leur austère bâtiment cerné de hautes grilles, ces derniers redoutent à tout instant une insurrection populaire. Quelques accidents s’étant déjà produits par le passé, les moines préfèrent éviter le village et un frère est officiellement chargé de maintenir des relations stables entre les deux camps. Les Orcs et femmes médecins, les nains et les elfes aussi, sont encouragés à ne pas quitter le prieuré avant la fin de leurs études.

Posted in Maillage impérial, Villages and tagged , , .