Le voleur, l’art de ne pas se faire prendre

Ilusutration ombre fugitive

Un voleur se faufilant entre les ombres.

On ne choisit pas forcément de devenir un voleur. Certains vous parleront d’une spirale de malheurs dont on ne peut s’échapper, d’une pente glissante menant tout droit sur la voie du crime. Certains prétendront avoir agi pour sauver les siens, par esprit revanchard envers ceux qui ont tout. Enfin la majeure partie vous dira simplement avoir contracté une dette envers la guilde de l’ombre.


De la façon de tout apprendre sur le tas

A ses débuts, un voleur a tout à apprendre. Savoir qui voler, comment crocheter une serrure ou acquérir la science qui permet de se faufiler dans la nuit tel un vampire ne s’improvise pas. Pourtant force est de constater que le gros de la méthode pour maîtriser tout cela consiste justement à improviser tout au long de sa formation. Sauf peut-être pour le crochetage, certains serruriers vous montreront la technique contre un peu d’or. Sauf peut être aussi pour les informations sur les nobles et autres gens aisés de la région, beaucoup vendraient leur propre mère contre un peu d’or. Bon disons que seul le déplacement furtif ne s’apprend pas d’un autre. Mais pour tous les infortunés voleurs, une autre solution existe : La guilde de l’ombre.


Des peines encourues aux promesses de richesses

Alors pourquoi voler serait aussi tentant ? Le fouet, les humiliations publiques, être mis au ban de la société, le risque en vaudrait la chandelle ? Si on en croit certains, oui. Il suffit de ne pas se faire prendre, de fuir dans une autre ville, un autre comté, voire de fuir l’Empire pour se faire oublier. Dépenser son bien mal acquis dans une des nombreuses cités états indépendantes est un bon moyen de vivre son exil en toute impunité, dans le luxe et le confort le plus total. Pourtant, traverser la frontière n’est guère aisé. Qui plus est avec un sac d’objets et d’or acquis de manières illégales. Contourner les réglementations mises en vigueur par les guildes peut aussi être un bon moyen de s’enrichir rapidement. Pour peu qu’on ne tienne pas tant que ça à sa vie de misère. Vendre sans payer des taxes à ces satanés guildes multiplie vos profits mais il vaut mieux avoir quelques relations pour éviter de se faire prendre la main dans le sac. Quoique vous choisissiez, les meilleurs contacts, les meilleurs acheteurs et les meilleurs passeurs viennent tous de la guilde de l’ombre. Ne l’oubliez pas.


Voleur, assassin, faux monnayeur, unis pour une même cause

L’or, voila ce qui rapproche le tout venant du monde du crime sous une seule bannière, le métier de voleur. Qu’importe la mission, le voleur évaluera votre proposition uniquement en fonction de la récompense. Les risques à encourir, les talents à mettre en oeuvre, c’est son affaire. Nul doute que si la promesse est suffisamment alléchante, le voleur trouvera un moyen pour remplir son rôle. Attention toutefois à ne pas faire voler à quelqu’un pour plus que cela lui rapportera. Rares sont les voleurs à avoir un sens de l’honneur. S’il doit fuir le pays, qu’importe que vous ou le gouvernement soit à ses trousses. Tant qu’à faire vaut mieux que ce soit vous d’ailleurs. Vous serez seuls face à un crime que vous avez vous même ordonné. Enfin le meilleur moyen de traiter avec des gens dignes de confiance reste encore de traiter avec la guilde de l’ombre.


Se dissimuler pour mieux se faufiler

Tous ceux ayant déjà couru après un voleur le savent, on ne les retrouve que rarement. Dissimulé sous les traits d’un voyageur quelconque, il ne révélera son vrai visage que dans de rares occasions. Alors comment le contacter ? Venir vers quelqu’un au hasard peut être une bonne idée. Mais se révélera considérablement risqué. Poster une annonce, même codée peut aussi se retourner contre vous. Le meilleur moyen reste encore de laisser courir le bruit que vous embauchez n’importe qui pour certaines missions bien rémunérées. C’est certes le meilleur moyen d’attirer sur soi beaucoup trop d’attention mais aucun voleur ne restera insensible à cela. Enfin, le plus souvent c’est le voleur qui viendra vers vous. Tout entendre fait partie intégrante de leur boulot et vous pouvez être sûr que rien n’échappe à la guilde de l’ombre.


La guilde de l’ombre

Comment parler de voleurs sans évoquer la guilde de l’ombre. Puissent les dieux me protéger après avoir écrit ces quelques lignes. Profitant des bas instincts les plus vénaux des hommes, la guilde a prospérée dans les environs de Faille-braise. Pour atteindre aujourd’hui un stade où chaque criminel se voit proposer de les rejoindre contre une partie de ses rapines. On parle ici de vrais criminels et non pas de vulgaires mendiants déguenillés hantant les forets et attaquant les voyageurs. Non, la guilde ne contacte que les plus éminentes fripouilles, celles bien établies en ville qui verront la collaboration avec la guilde comme une preuve de reconnaissance et une aubaine. Ainsi, par un savant jeu de talents et d’influence, la guilde étend ses bras tentaculaires sur une bonne partie de l’Empire. N’épargnant nullement la capitale ou la cour impériale. La rumeur prétend même qu’elle serait derrière le récent gain en puissance de la guilde des pharmaciens de Faille-Braise et Port-Embruns. Si la guilde prospère aussi vite c’est avant tout grâce à sa politique particulière. Conçue à l’origine comme une grande famille, elle garde encore aujourd’hui une relation fraternelle avec ses membres. N’hésitant pas à prendre sous son aile les plus prometteurs voleurs pour les former à sa guise. Car oui, rejoindre la guilde de l’ombre est la promesse de pouvoir compter sur quelqu’un, même au profond de la détresse ou dans le plus sombre des cachots. Bien que certains voleurs préfèrent rester indépendants, tous les autres font le choix de rejoindre la guilde, ne serait-ce que pour rester en vie ou en paiement d’un service rendu un jour ou lorsque c’était la seule solution envisageable.