Hiérarchie sociale

Au sein de l’Empire d’Ebène, les choses sont connues pour toutes avoir une place précise. Au cœur même de la population on y retrouve une organisation semblable. Chaque citoyen, de l’Empereur au plus humble soldat, a une place stricte dans la grande hiérarchie impériale. Loin d’être immuable, elle suit l’évolution de chaque personne tout au long de sa vie. C’est un élément important à maîtriser pour qui veut comprendre le fonctionnement de l’Empire. Le système politique s’y reflète et l’organisation de la vie de chaque citoyen s’en inspire.


Dans les rues, chacun juge son prochain selon ses apparences, ses manières, sa réputation.


Au service de l’Empire

La réputation tient dans l’Empire une place prépondérante et pas uniquement pour les quelques Bretteurs qui s’y promènent. Selon les préceptes de la foi impériale, chacun doit dédier sa vie à l’aide de son prochain. Ce concept se retrouve donc dans la définition du code de l’honneur d’un citoyen. Il ne peut ainsi exister pour lui-même et doit servir le bien commun. Le maillage impérial entremêle donc les intérêts de milliers de personnes. Chacun s’efforçant de contribuer aux autres pour pouvoir ensuite profiter des services de l’Empire. La réputation tient donc pour beaucoup à ce que vous pouvez lui apporter et elle diminue en fonction de votre dépendance aux autres. Une personne haut placée imposera donc le respect aux autres par ses larges contributions à la vie locale, à l’Empire, et par sa capacité à se maintenir à sa place contre vents et marées.

[Hymne impérial]


Séparation des pouvoirs

Le pouvoir impérial est séparé en plusieurs organes bien distincts les uns des autres. Cette séparation a pour but de maintenir une organisation décentralisée et de cloisonner les privilèges pour éviter tout abus. Si l’Empereur reste au sommet de la pyramide, il se repose sur une organisation structurée. Pour schématiser, chaque échelon est divisé en plusieurs membres qui doivent se rassembler pour contribuer aux décisions de l’échelon supérieur tout en écoutant les doléances exprimées à l’échelon inférieur. Ces quatre pouvoirs se composent donc du clergé, du pouvoir civil qui veille directement sur le peuple, du pouvoir direct de l’empereur et de sa chaîne de commandement et pour terminer du pouvoir militaire qui peut se gérer de façon indépendante. A chaque niveau du maillage impérial, le conseil de la vie locale se compose des représentants de ces différents pouvoirs. C’est pour ainsi dire le squelette de la hiérarchie impériale où viennent se greffer tous les autres citoyens. Mais il existe une autre séparation entre chaque classe de citoyens.


La Noblesse, la Bourgeoisie et les autres

Au sommet du gouvernement, quelque soit la branche du pouvoir, se trouve la noblesse impériale. Chacun de ses membres se voit autorisé à régner sur différents échelons. Il n’est possible de l’intégrer que par mariage ou dans de très rares cas par promotion spéciale. L’Empereur peut décider d’appliquer cet honneur dans le cas de services rendus à l’Empire d’Ebène. C’est au sein de la noblesse que sont choisis les candidats au trône par les membres les plus influents du pays. Un noble se distingue de la population, outre par sa richesse apparente, par le port d’une canne d’apparat. Sur leurs armes familiales, on peut y retrouver quelques meubles héraldiques qui leurs sont réservés. En deçà se trouve la Bourgeoisie composée des plus riches bourgeois et marchands de tout l’Empire. On accède à ce statut en achetant un titre. Ce dernier donne accès au port d’un nom de famille et à l’obtention d’un blason. Les membres de cette classe se distinguent souvent par le port d’un béret orné des emblèmes de l’Empire. Tout en bas de l’échelle se trouvent les gens du peuple. Sans signes particuliers, ils composent la grande majorité des citoyens de l’Empire. Si la plus grande partie de la population vit dans les campagnes, une part non négligeable habite dans les différentes cités. Cela reste cependant rare de trouver des nobles, même des bourgeois, en rase campagne. Les aventuriers représentent une part distincte de la société. Ce sont les seuls à vouer leur vie au voyage, à l’instar des marchands et des quelques pélerins allant de ville en ville.

[Du droit de réquisition]


“Puisse Ébène et ses codes, ses valeurs sociales, maintenir l’ordre du monde à tout jamais”

Sa majesté impériale Lazzarus de la maison Rouge-Lame


Chacun sa place

L’une des meilleures illustrations de ce système appliqué par tous les citoyens de l’Empire est incontestablement l’Arène de Sifalle. Construite au cœur même de la capitale d’Ebène, elle se compose de trois grands étages. Chacun accueillant successivement les différentes branches de la société impériale. Le peuple peut accéder aux gradins qui lui sont réservés par différentes entrées et escaliers, afin d’assister à l’exécution de la justice par Ordalie. Ouverte à tous, l’arène de Sifalle cristallise le cœur d’Ebène de l’Empire.

[De l’existence des races]